Soutenance de Thèse de doctorat de sociologie - Florent Racine

Le groupe professionnel des managers de rayon en France

Ensegner à tous et partout

30 novembre 2018
14h - 18h

Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris

à l'amphithéâtre Abbé Grégoire

292, rue Saint Martin, 75003 Paris


Monsieur Florent Racine soutiendra sa thèse de doctorat de sociologie du travail intitulée : "Le groupe professionnel des managers de rayon en France. Travail, emploi et ethos dans les grandes surfaces alimentaires".

Jury composé de :

M. Bernard FUSULIER, Directeur de recherche en sociologie, Université catholique de Louvain, rapporteur.
Mme Nadège VEZINAT, Maître de Conférences HDR en sociologie, Université de Reims Champagne Ardenne, rapporteure.
M. Frédéric MOATTY, Chargé de recherche en sociologie au CNRS (section 40), CNAM-LISE et Centre d’études de l’emploi et du travail.
Mme Helena SERRA, Professeure associée en sociologie, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, Lisbonne.
M. Christian AZAÏS, Professeur en sociologie au Cnam, LISE, Directeur de la thèse.

Résumé de la thèse :

Depuis une trentaine d’années, les travaux français qui portent sur les grandes surfaces alimentaires en sociologie du travail ont privilégié l’étude des caissières sans se soucier outre mesure des salariés des rayons. Cette thèse vise à rétablir ce déséquilibre en se focalisant sur les managers de rayon, premier niveau d’encadrement des magasins. Afin d’étudier ce groupe, nous commençons par mobiliser la sociologie du travail pour conduire une analyse microsociologique de leur travail quotidien. Les managers ont pour principales missions de faire progresser le chiffre d’affaires et la marge des rayons sous leur responsabilité ainsi que de motiver leurs équipes d’employés. Ils sont donc en interaction constante avec les employés chargés de la mise en rayon des produits, d’une partie des commandes et de la gestion des stocks, mais aussi avec d’autres interlocuteurs comme les fournisseurs ou encore les clients. Ce sont les membres de la direction du magasin (manager secteur, directeur) qui leur donnent des directives, contrôlent leurs résultats et évaluent leur comportement. Afin de prendre de la hauteur vis-à-vis des nombreuses interactions quotidiennes qui ont lieu dans une grande surface, nous mobilisons également la sociologie des professions pour conduire une analyse davantage mésosociologique et macrosociologique du travail et de l’emploi dans les rayons. Nous étudions de cette façon les transformations de l’organisation du travail dans les magasins et celles du groupe des managers de rayon, toutes deux étroitement corrélées aux mutations structurelles de la branche de la distribution qui s’adapte en permanence aux aléas de la conjoncture économique et au goût versatile des consommateurs. Nous nous focalisons par conséquent sur les changements du travail, de l’emploi et de l’organisation des supermarchés et des hypermarchés qui touchent les managers depuis les années 2000 et s’accélèrent au cours des années 2010.   Contrairement aux nombreuses monographies réalisées sur les caissières, cette approche permet au moins deux choses. Premièrement, nous pouvons replacer dans leur contexte les nombreuses transformations du travail, de l’organisation et de l’emploi qu’ont vécues les salariés des rayons depuis le tournant des années 2010. Nous détaillons donc, quand cela s’avère nécessaire, l’impact différencié de ces mutations sur les managers en fonction de leur appartenance à un ou plusieurs segments professionnels : enseigne intégrée vs enseigne indépendante, rayons alimentaires vs rayons non alimentaires, zone urbaine vs zone rurale, supermarchés vs hypermarchés, faible présence syndicale vs délégués syndicaux revendicatifs. Notre approche nous permet par ailleurs de développer une réflexion dans le champ de la sociologie des professions : entre une approche théorique fonctionnaliste qui se focalise sur l’unité d’une profession et une approche théorique interactionniste qui insiste sur la diversité des pratiques au sein d’un même groupe professionnel, nous mobilisons le concept d’ethos professionnel pour penser à la fois l’unité et la diversité du groupe des managers de rayon. Nous proposons pour ce faire une définition personnelle de l’ethos constitué de trois dimensions : une dimension pratique (pratique, activité, tâches, travail concret, règles observées), une dimension symbolique (discours, normes, valeurs, représentations) et une dimension sociale (caractéristiques objectives : sexe, classe, race, diplôme, âge). Cet ethos ainsi défini, qui articule ensemble les caractéristiques objectives d’un groupe professionnel avec ses valeurs et représentations et avec son travail concret, ouvre des perspectives de recherche concernant d’autres groupes professionnels.